08-05-2013 - La naissance d'un étrange agenda le 8 mai 1988

Il y a 25 ans aujourd'hui, le 8 mai 1988, deux étudiants de l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec — Luc Monette et Alain Théroux, présentaient devant un jury et une centaine de personnes, la mise sur pied d'un agenda d'événements unique en son genre et quotidien appelé «Montréal aujourd'hui». Ce service offert jusqu'en 1995 deviendra quelques années plus tard l'Événementiel, calendrier des événements à venir maintenant bien implanté dans les salles de presse et cabinets de communication partout au Québec.


Originalement, le service d'information prenait la forme d'un message enregistré accessible au téléphone, présentant quotidiennement des activités de la métropole. Il s'agissait d'un média téléphonique nécessitant recherches et rédaction, enregistrement de qualité, puis diffusion sur répondeur.

Les messages de «Montréal aujourd'hui» duraient trois minutes et comprenaient entrevues et extraits sonores. Le projet des deux étudiants fut récompensé par l'octroi de la «Bourse à l'innovation» remise des mains du sous-ministre au Tourisme du Québec, à l'ITHQ, le 10 mai 1988, en présence de médias spécialisés.

En 1992, alors qu'Alain s'associait à la recherchiste Caroline Vien, «Montréal aujourd'hui» prenait un virage technologique, devenant un agenda-fax baptisé «Créneaux». Mais rapidement, l'arrivée d'Internet fit évoluer cette publication (culturelle, alors) vers ce qu'elle est aujourd'hui: l'Événementiel, un agenda de presse multisectoriel imposant, couvrant le Québec tout entier. L'agenda est diffusé sur Internet au bénéfice de ses abonnés au http://www.evenementiel.qc.ca.

Il importe de souligner l'apport essentiel durant les premières années, de Stephan Blainey, Claude Morneau et Yves Tassé. À la fois amis et conseillers, leurs réflexions couplées à de nombreuses heures investies dans ce projet ont fait de l'Événementiel ce qu'il est aujourd'hui.

Alain Théroux (à droite sur la photo) est toujours rédacteur en chef de l'Événementiel. Il est également responsable de l'agence de presse qui le publie (apq) et membre de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ).